La garde à domicile de vos enfants

04 79 69 29 12

Actualités

Trop de sucre à l’Halloween?

Le 10/10/2019

Le 10 Octobre 2019

Trop de sucre à l’Halloween?

La fête d’Halloween approche à grands pas. Une fête adorée par les enfants. On se déguise, on passe de porte en porte et on mange des bonbons. Beaucoup de bonbons! Serait-il préférable pour la santé des enfants d’en limiter la consommation?

La santé c’est l’équilibre 

La santé ne se construit pas en une seule journée. C’est l’ensemble de ce que l’on mange sur une longue période qui permet de déterminer si une personne répond à ses besoins nutritionnels. Ainsi, ce que l’on mange à l’Halloween aura peu d’impact sur l’année entière. Lorsqu’on s’assure que la majorité du temps on mange des aliments nutritifs, il reste de la place pour les aliments moins nutritifs comme les bonbons. Tout est question d’équilibre.

Non à l’interdit

Leur interdire d’en manger risquerait d’en rendre l’attrait encore plus grand. 

L’astuce 

Le jour de l’Halloween, lorsque vos enfants seront de retour de leur tournée, faites le tri avec eux et prenez le temps de jeter les bonbons ouverts ou à l’emballage abîmé. Ensuite, laissez-les manger autant de bonbons que désiré en leur assurant qu’ils pourront en manger à nouveau le lendemain. Lorsque la soirée est terminée, rangez les bonbons dans un endroit connu de votre enfant. Pas de cachette! Les jours suivants, les bonbons pourront être mangés en guise de dessert après les repas ou lors des collations lorsque les enfants le demandent. Il est fort probable que vos enfants oublient les bonbons ou les demandent moins souvent après une semaine. Pour le reste de l’année, offrez-leur régulièrement, aux deux semaines par exemple, de se prendre des bonbons pour dessert.

L’Halloween, c’est aussi l’occasion de passer du temps de qualité en famille. Sculpter des citrouilles, décorer, se déguiser ou cuisiner un repas spécial, gageons que ce sont ces moments qui resteront gravés dans la mémoire de vos enfants et non les bonbons récoltés.


http://ladietetiste.com/trop-de-sucre-a-lhalloween/

Trop de sucre à l’Halloween?

Votre enfant n'aime pas les légumes verts, c'est normal

Le 09/10/2019

Le 9 Octobre 2019

Votre enfant n'aime pas les légumes verts, c'est normal

Epinards, salade, choux de Bruxelles... Rien à faire, votre enfant refuse de manger ces légumes verts. Pourquoi ?

C'est le cerveau le responsable

Une étude* des psychologues de l'université de Yale, dans le Connecticut, aux Etats-Unis, montre que les jeunes enfants n'aiment pas les légumes verts parce que leur cerveau est programmé pour les détester.

Effectivement, face à divers types d'objets en plastique, en métal, représentant des végétaux de couleur verte, les enfants évitent spontanément ces derniers.

Cet évitement proviendrait d'un réflexe archaïque, d'un comportement programmé dès la naissance afin d'alerter sur les dangers des plantes : poils, épines, baies toxiques...

https://www.santemagazine.fr/actualites/votre-enfant-naime-pas-les-legumes-verts-cest-normal-194931
Votre enfant n'aime pas les légumes verts, c'est normal

L'acquisition de la propreté

Le 07/10/2019

Le 8 Octobre 2019

L'acquisition de la propreté

Marcher, parler, ça n’est pas "dans la poche" mais presque. Reste un pas à franchir, et non des moindres : jeter les couches aux oubliettes

L'acquisition de la propreté

Marcher, parler, ça n’est pas "dans la poche" mais presque. Reste un pas à franchir, et non des moindres : jeter les couches aux oubliettes.

On l’avoue difficilement, mais le fait est là : l’impatience parentale sur l’acquisition de la propreté se justifie par de vilains intérêts égoïstes ! Le change, jadis une cérémonie joyeuse, devient une épreuve avec un garnement qui gigote et proteste. On supprimerait volontiers l’achat des couches de son budget, et leur transport des préparatifs de sortie. Avant les couches jetables, c’était pire ! Leur invention a préparé le terrain à la propagation d’une découverte fondamentale dans la connaissance du développement de l’enfant : l’acquisition de la propreté dépend avant tout de l’évolution neurologique. On peut (on doit) l’accompagner. Mais tenter de la hâter, non.

0-18 mois : l’empire des sensations

18 mois-2 ans : j’y vais ? J’y vais pas ?

2 ans-4 ans : la routine – ou presque !


https://www.parents.fr/bebe/eveil-et-developpement/couches-et-proprete/lacquisition-de-la-proprete-79815
L'acquisition de la propreté